Avis & Test – Un recours collectif de 5 milliards de dollars pour la vente de données Apple Music jeté par la fenêtre

Dans un jugement rendu lundi à la Northern Court of California, le juge du tribunal de district américain, William Alsup, a rejeté une plainte de 5 milliards de dollars pour recours présumé pour vente présumée de données Apple Music.Les plaignants Leigh Wheaton, Jill Paul et Trevor Paul accusent Apple dans leur plainte pour violation du Rhode Island et la loi du Michigan pour vendre, louer, transmettre ou divulguer les informations d'un client sans son consentement. La firme de Cupertino aurait vendu la bibliothèque Apple Music et iTunes et les données d'écoute à des tiers, y compris des courtiers de données et des développeurs d'applications.De rapport d'AppleInsider: La plainte note qu'iTunes intègre une fonctionnalité qui indique aux utilisateurs qui tentent d'offrir une chanson à un autre client, qu'il soit déjà destinataire possède une piste donnée. La fonctionnalité révèle le nom et l'historique d'écoute d'un destinataire, indique la plainte. La plainte note que les plaignants ont subi des courriels indésirables et des sollicitations téléphoniques en raison des actions d'Apple, ce qui les expose également au risque de vol d'identité. Selon des documents judiciaires, le juge William Alsup a fait valoir en octobre qu'une icône de courrier électronique présentée dans le dossier ne divulgue pas réellement les noms et adresses des clients iTunes, mais l'icône de courrier électronique ne divulgue pas explicitement de noms, d'adresses ou d'informations d'identification personnelle. de clients. Ce n'est qu'une image d'une enveloppe. La plainte n'explique rien sur le fait de cliquer sur l'icône.Sans plus d'informations, qui étaient sûrement à la disposition des conseils, cette ordonnance ne spéculera pas que l'icône de courrier mènerait explicitement aux noms et adresses des clients Apple.Sur les allégations Apple a violé les droits des utilisateurs par permettant aux développeurs d'accéder aux métadonnées, aux jetons et aux chansons douées, Alsup a constaté que les plaignants n'avaient fourni aucune preuve à l'appui substantiel de leurs revendications. "Surtout, les demandeurs devaient prouver que les données divulguées relient la sélection musicale d'un utilisateur à des informations d'identification personnelle, une exigence qui n'a pas été satisfaite par les informations diffusées via les métadonnées iTunes", lit le rapport AppleInsider. Grâce au fait que l'affaire a été classée sans suite préjudice, il est désormais interdit aux plaignants de déposer des réclamations modifiées contre Apple dans une action future.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *